Samedi 3 mars 2001

La gauche rêve de gagner Bayeux
Nos villes en campagne

Sauf liste-surprise de dernière minute, le nom du maire de Bayeux (Calvados) devrait être connu au soir du dimanche 11 mars. Seulement deux listes sont en lice. L'une menée par le maire sortant, Jean-Léonce Dupont (Nouvelle UDF). Face à lui, le socialiste Antoine Bort mène la gauche plurielle, qui jusqu'à présent, a toujours fait tapisserie à Bayeux.

Certains en avaient rêvé, mais le duel Dupont-Dumont n'aura pas lieu. La députée du Bessin, Laurence Dumont, un temps pressentie par le Parti socialiste pour s'opposer à Jean-Léonce Dupont sur Bayeux, est partie à la capitale... régionale. Un obstacle en moins pour la liste « Continuons d'agir ensemble », menée par le sénateur-conseiller général-maire sortant et président départemental de la Nouvelle UDF, Jean-Léonce Dupont.

A 46 ans, après 24 ans de vie municipale dans sa ville natale, maire depuis 1995, il brigue un deuxième mandat (et espère bien être de nouveau sur les rangs en 2007), « parce que trois mandats de maire sont nécessaires pour mener à bien ses projets. Au-delà, on ne travaille plus pour sa ville, mais pour soi. »

En fait, Jean-Léonce Dupont réalise depuis six ans ses rêves d'enfance : il a équipé les quartiers d'espaces multisports « parce que quand j'étais petit, il n'existait pas de lieu pour jouer au foot si l'on ne faisait pas partie d'un club. » S'il a programmé la création d'une ceinture verte avec balade piétonnière sur les rives de l'Aure, « c'est que gamin, quand je faisais de la mobylette dans les friches le long de la rivière, je pensais que ça pourrait faire un lieu de promenade. ».

« Pour développer, il faut de l'influence »

Cependant, au-delà des petits bonheurs du maire, Bayeux aligne indéniablement des atouts. « La Belle endormie », comme elle était surnommée il n'y a pas si longtemps, a commencé à se réveiller avec Jean Lecarpentier, prédécesseur de Jean-Léonce Dupont. L'intercom a notamment permis au Bessin d'intégrer les zonages européens. La gestion des ressources de la ville est bien aidée par les quelque 20 millions de francs rapportés chaque année par la célèbre Tapisserie. Et Bayeux affiche un dynamisme économique certain avec l'activité touristique, le centre administratif régional du Crédit lyonnais (même si ses effectifs ont fondu depuis 10 ans) ou encore Moulinex, les yaourts Janjac, les surgelés Frial, etc.

Accro à Bayeux, Jean-Léonce Dupont se défend de l'être aux titres : « Je suis un développeur. Et la fonction cumulée de maire et de sénateur permet d'harmoniser les démarches pour la ville. Car pour développer, il faut de l'expérience, du savoir-faire... et de l'influence. »

« Cumuler, c'est confisquer la République »

« Un élu à multiples casquettes ne peut pas assurer toutes ses responsabilités, rétorque Antoine Bort. Et ce n'est pas parce que l'on a trois mandats que l'on a trois fois plus d'idées. Le cumul, c'est une confiscation de la République. » Le chef de file de la liste d'opposition « Bayeux, l'avenir autrement » bataille sec sur ce terrain. Après le déclin de l'offre faite à Laurence Dumont, Antoine Bort, 61 ans, retraité de l'enseignement, membre du Parti socialiste et ancien conseiller municipal de Bayeux, élu dans l'opposition en 1983, a relevé le défi de faire gagner la gauche à Bayeux (du jamais vu !). Et pour faire face au poids des réalisations affichées par la liste sortante, l'opposition s'est glissée dans les failles.

Outre le cumul des mandats de Jean-Léonce Dupont, elle s'insurge de voir inutilisés les quelque 7 000 m2 de l'ancien couvent de la Charité, propriété de la ville. « L'équivalent de 110 logements HLM de type F3, a calculé l'ancien professeur. Nous proposons d'y créer une maison des associations. Il y a toute une économie sociale et solidaire à développer. Il faut être imaginatif. » Et l'opposition de rêver, elle aussi, d'une ville où tous auraient accès à la culture, au sport, au logement, à une eau de qualité, à Internet... La gauche plurielle espère que les électeurs bayeusains lui offriront la clé de ses songes dimanche 11 mars.

Question plus terre à terre : s'il est reconduit dans ses fonctions, Jean-Léonce Dupont aura 30 jours pour démissionner de l'un de ses mandats. Il a déjà annoncé qu'il quittera le conseil général.

Résultats de 1995. Premier tour : abstentions 41,75 % ; « Tous unis pour l'avenir de Bayeux » (Jean-Léonce Dupont) 46,57 %, « Agir ensemble pour Bayeux » (Daniel Gouth) 29,65 % ; « Dans l'indépendance pour l'avenir de Bayeux » (Huguette Brillaud) 23,78 %.

Second tour : abstentions 42,37 %, « Tous unis pour l'avenir de Bayeux » 46,44 % ; « Agir ensemble pour Bayeux » 32,46 % ; « Dans l'indépendance pour l'avenir de Bayeux » 21,10 %.


Nathalie LECORNU-BAERT.

 
Retour