Lundi 12 mars 2001

Pays de Lorient : le PC perd Lanester

« Simple candidat » sur la liste de Norbert Métairie, Jean-Yves Le Drian n'était pas personnellement très concerné par les élections municipales. C'est pourtant à l'aune de l'influence gagnée ou perdue par le député-président de la communauté d'agglomération qu'il faut apprécier les résultats de ce scrutin. Et, de ce point de vue, force est de constater que l'homme fort du pays de Lorient sort encore renforcé de cette consultation.

A Lanester, le divers gauche Jean-Claude Perron, présenté comme le « sous-marin » du député va faire perdre au Parti communiste l'un de ses derniers bastions en Bretagne. Un choc historique dans une ville qui s'était donnée sans discontinuer au PC depuis la dernière guerre. Avec seulement 32,33 %, le maire sortant Jean-Pierre Anfré ne peut plus rien espérer, sauf se maintenir au second tour pour placer quelques élus. L'effondrement de la droite qui tombe à 15,63 %, autorise la gauche à un nouveau duel sans enjeu cette fois dimanche prochain.

L'autre grande victoire politique de Le Drian se situe sur la rive gauche du Scorff. Locmiquélic, la place forte défendue par Aimé Kerguéris est tombée. Le maire sortant de droite, Francis Pahun est assez nettement battu par le socialiste André Le Roux (52,77 %). Du coup, la petite communauté de communes de Bellevue, construite comme un rempart en « Terre Sainte » se trouve un peu plus fragilisée. Son nouveau maire l'a clairement dit, Locmiquélic fait désormais partie du Pays de Lorient. A Riantec en revanche, le maire divers droite sortant Roger Keraudran, favorable à la communauté lorientaise est mis en ballotage très défavorable par Marc Roberdel, ancien militant communiste, critique face au Pays de Lorient.

A Lorient, où il était difficile d'attendre une surprise, moins de 50 % des électeurs ont jugé utile de se rendre aux urnes. Le maire sortant Norbert Métairie, le fils politique de Le Drian, qui se présentait pour la première fois sur son propre nom fait mieux que son « père ». Il recueille 47,26 % des voix quand Le Drian faisait 46,83 % en 1995.

A Ploemeur, le maire sortant PS Loïc Le Meur manque l'élection au premier tour à moins d'un point. Dimanche, il aura face à lui André Le Hen, large vainqueur de la primaire à droite qui l'opposait à l'énarque RPR-UDF-DL Loïc Tonnerre.

A Larmor-Plage, le maire socialiste sortant Georges Jégouzo subit un véritable camouflet, malmené sur sa gauche par Pierre-Yves Cado. Même si le rapport droite-gauche reste serré sur la commune, Victor Tonnerre (divers droite) a pris une sérieuse option sur le fauteuil de maire.

A Kervignac, l'opposant Michel Le Hunsec n'a nullement mis en difficulté le maire sortant (63,36). Pas de surprise non plus à Caudan ou Gérard Falquérho prend facilement la succession de Jos A Plouhinec, Maurice Thomas remporte le duel à droite (la gauche était absente) par 145 voix d'écart face à Gilbert Percevault soutenu par Aimé Kerguéris.

A Quéven, où la droite avait pratiquement renoncé à faire campagne, le maire socialiste Jean-Yves Laurent s'offre le luxe d'améliorer encore ses scores de 89 et 95 en caracolant à 65 %.

Énorme surprise à Groix où le maire sortant Dominique Yvon ne place que deux élus contre six à son challenger Éric Regenermel.

Surprises au pays d'Hennebont

^p>La triangulaire d'Hennebont (entre l'Union de la gauche PC-PS de la majorité sortante, la droite et une liste « alternative » avec Verts et Divers gauche) a accouché d'un second tour inédit. Contrairement à 1995, la gauche échoue de 178 voix pour être élue dès le premier tour (47,02 %). La droite fait un score identique à 1995 (37,75 %), mais c'est la liste alternative Verts-gauche qui crée la surprise avec 14,89 % des suffrages exprimés.

Languidic, le duel entre la droite sortante et ses challengers de gauche s'annonçait serré. Énorme surprise pour tous, y compris le maire sortant, Maurice Olliéro, réélu avec 58,94 % des voix, soit une confortable avance de 646 voix. Ce qui déjoue les pronostics des supporters de la gauche, menée par le socialiste Gérard Péresse.

Inzinzac-Lochrist, héritier de Jean Giovannelli, le maire socialiste sortant, Jean-Pierre Bageot affrontait une liste « Indépendante » de centre-droit menée par Eugène Balcon. Beau score (43,69 %) pour ce néophyte de la politique qui s'incline de 384 voix. Mais l'union de la gauche menée par Jean-Pierre Bageot l'emporte avec 56,31 %.

Plouay, le député-maire UDF sortant, Jacques Le Nay, n'a fait qu'une bouchée de la gauche plurielle très élargie (PS, PC, Verts, UDB et militants associatifs), avec 75,66 % des suffrages et 1 379 voix d'avance.


Jean-Laurent BRAS et Joël LE GUILLOU

 
Retour