Mardi 20 mars 2001

Peu de fauteuils de maire pour les femmes
Après le second tour

Si la règle de la parité a fait entrer beaucoup de femmes dans les conseils municipaux, le fauteuil de maire leur reste encore assez inaccessible. C'est l'une des constantes des assemblées locales. Dans les 136 communes qui ont élu leur exécutif au cours du dernier week-end, il n'y a que 15 femmes à occuper le fauteuil de maire.

Ces élections municipales de mars 2 001 ont apporté moins de changement dans la direction des 221 communes de Loire-Atlantique que le dernier renouvellement de 1995. Il y a six ans, 91 nouveaux maires avaient pris leurs fonctions de premiers magistrats. Une vraie relève de génération a ainsi été assurée dans 40 % des communes. Dans les autres, 130 maires sortants avaient été réélus. On n'assistera pas cette fois à autant de changements.

Le tour des secteurs de Loire-Atlantique, en dehors de la surprise de Châteaubriant, de la défaite à Batz sur Mer du parti communiste qui ne possède plus que trois mairies, de chassés-croisés comme le gain des Sorinières par la gauche et la victoire de la droite à Bouaye, traduit une assez grande stabilité politique et une confiance renouvelée au plus grand nombre des sortants.

On partait de très loin

Il faudra attendre la fin du week-end prochain pour mesurer les effets de la parité dans les équipes de direction des communes, au sein des bureaux municipaux. La progression y est évidente. Mais il est vrai qu'on partait de très loin.

Par contre, il y aura encore très peu de fauteuils de maire pour les femmes. En 1995, on comptait 23 femmes maires en Loire-Atlantique, soit 10 %. Sur les 136 communes qui ont élu leur maire ce week-end, leur proportion n'a augmenté que d'un point, soit 11 %.

Cinq communes dirigées par des femmes depuis 1995, le sont maintenant par des hommes. À Châteaubriant, Martine Buron (PS) a été battue par Alain Hunault (RPR). Dans quatre autres communes Mesquer (Marie-Jeanne Guillé), La Grigonnais (Marie-Anne Bellaud), Maisdon-sur-Sèvre (Micheline Ailler) et Vritz (Yvette Coquereau), les « mairesses » sortantes n'ont pas sollicité un nouveau mandat.

En revanche, six nouvelles communes ont choisi une femme pour les diriger. Ce sont Issé (Marcelle Durand), Saint-Mars-du-Désert (Annie-France Touzot), La Chapelle-Launay (Danielle Le Quenven), Bouaye (Marie-France Burgaud) et Fresnay-en-Retz (Marie-Jo Boucard).

La palme de la féminité pourrait revenir à Saint-Père-en-Retz. La commune, jusqu'ici dirigée par Suzanne Veyrac, s'est choisie une autre femme comme maire, Michelle Bruneaud-Leroux.


Jean-Claude MURGALÉ.

 
Retour